Églises

Sanctuaire de Pastoriza

43º 20' 6''  8º 28' 4'' W            voir carte

D'origine roman mais est actuellement une église baroque, du siècle XVII, d'un seul navire et avec un presbythérium qui a la forme d'ábside demi-circulaire roman, réminiscence de l'ancienne église médiévale sur le solaire où il s'y a reconstruit celle-ci. Il héberge une image de la Vierge que date du siècle XIII. Sur une porte clôturée du mur nord il conserve un tympan, apparemment du siècle XIV, avec la Vierge assis avec l'Enfant et les restes d'une inscription de lecture difficile.

L'image de la Vierge tellement vénérée est très ancienne. Primitivement elle était assis et la tête était differente à celle qui a actuellement. À la façade de l'actuel Sanctuaire détachent les images de San Pedro, San Pablo et l'Asunción de Notre Dame dessus de la porte. Dans un lieu un plus élevé sont les images de Sainte Barbare, San José et San Juan Bautista. La Vierge de Pastoriza se trouve au centre du retable. À la sacristie se conservent des curieux tableaus avec les exvoeux de beaucoup de fidèles par les miracles réalisés par la Vierge, surtout à la mer.

Une importante pierre tombale sepulcral, avec une inscription de l'an 881, se conserve à la Maison Rectoral, un ancien et curieux capitel avec "des feuilles de massettes", environ du IX siècle ainsi que quelques voussoir d'une archivolte dorique, romane, du XII siècle. Un chemin conduit depuis le Sanctuaire de Pastoriza a la Montagne do Cruceiro où il y a une image, "la berceau de la Vierge" et un tas de pierres, lieu où a été cachée l'Inmaculada.

Les romarins donnent trois tours aux pierres, après passent par dessous des mêmes et embrassent l'image de la Sainte. Ce lieu a quelques splendides vues et légendes comme celle de la "Chaise du Roi", une pierre semblable à une chaise où, apparemment, s’assoyait le roi souabe Rechiario pour contempler Suevos, sa ville.

San Tirso d'Oseiro


43º 19' 23'' N   8º 29' 23'' W       voir carte

Depuis Arteixo on accède par le rond-point d'Oseiro direction Seixedo. Une fois dans Oseiro il y a un panneau a main gauche.

La première référence documentaire de Oseiro apparaît à l'an 830 comme il figure à la commande de Faro, selon la description de Tructinio. Cette église, de style roman, (1161-64) possède, entre les extrémités des linteaux, ou se représente un calice avec hostie que peut être la représentation la plus ancienne que se connaît du bouclier de Galiza.


Santa María de Lañas

43º 17' 41'' N  8º 31' 16'' W      voir carte

Depuis Arteixo on accède  par la route  AC-552 en direction Carballo.

Il a une seule nef avec abside rectangulaire. Elle possède un arc triomphal visé sur demi-colonnes rapprochées et, autant la couverture principa­le comme celle du mur sud, ont archivoltes demi-circulaires sur des colonnes coudées. L'abside se couvre avec voûte de canon pointu.

 Santo Estevo de Morás

43º 17' 56'' N  8º 28' 23'' W       voir carte

L'église paroissiale du village du même nom, San Esteban de Morás, est situé dans la vallée de Loureda, loin du «mondain» bruit. Parfaite pour faires des longues promenades dans les chemins des alentours. Le peu de données connues et publiées dates partir de 1141.

Elle a une seule nef, avec un abside rectangulaire avec les contreforts unis en deux arcs demi-circulaires. Le fond de l'abside a une fenêtre romane, d'arcs de demi point, très aveugle. Au presbythérium on rentre par un arc triomphal visé sur demi-colonnes rapprochés. L'abside se couvre avec voûte de canon visé. Au mur sud du nef il y a une porte d'arc demi-circulaire ancienne. Elle conserve une bonne et variée collection d’extrémités de linteaux. Au s.XVIII elle a souffert des importantes modifications.

Santo Tomé de Monteagudo

43º 17' 3'' N  8º 34' 37'' W       voir carte

C’est un bâtiment qui constitue un échantillon remarquable du roman avancé de fins du XII siècle. Elle s'est fondé par une communauté benedictine ce qui justifie son absence décoratif et la pureté des lignes du roman classique. Elle appartenait au prieuré de Sainte María de Cambre. Près la même passait la voie romaine qui parcourait cette mairie.

La couverture est à deux eaux et la plante basilicale, de trois nefs et trois absides demi-circulaires ou s'ouvrent des simples fenêtres avec arc de demi point agrégées à des corps ou des tronçons rectangulai­res. La porte principale est moderne et celle du mur nord, d'arc demi-circulaire, est clôturer; celle du sud a une archivolte demi­circulaire dorique sur une colonne par côté. Les arcs de logés aux trois absides sont visés sur demi-colonnes rapprochées, mais ceux qui sont au fond de ceux-ci, sont de demi point. Les tronçons sont couverts par des tours de canon visé et, les tambours ou finissent les absides, voûte de coquille ou de chambre de sphère. Au fond les trois présentent quelques fenêtres étroites dont les archers offrent des arcs de franche fer. À l'extérieur, l'abside centrale est divisé en trois lumières par deux demi-colonnes rapprochées, en offrant un joli auvent de petits arcs demi-circulaires sur corbeau. Aux murs il y a des contreforts et une curieuse et variée collection de extrémités de linteaux.

Santaia de Chamín

43º 17' 36'' N   8º 33' 57'' W       voir carte 

Elle présente les caractéristiques des églises rurales romanes avec des ultérieures reconstructions. À la façade présente quelques archivoltes et tympan avec une croix. Près ses proximités passait une voie romana qui continuait jusqu'à Sisadle et autres lieux.

Santa María de Loureda

43º 17' 36'' N  8º 29' 17''W       voir carte 

Initialement appartenait au roman mais elle a souffert une transfor­mation par laquelle s'apprécie le style néoclassique à la façade avec forme triangulaire. Seulement l'abside est romane, voûté en granite avec deux arcs visés. Sur l'arc triomphal à la façade du nef pénètre lumière par une originale rosace. À l'intérieur conserve un majestueux retable en l'autel majeur, oeuvre de José Ferreiro et du peintre Landeira (s. XVIII).

Envoyer Imprimer PDF
facebookFeed RSS de ArteixoAtlánticoArteixoAtlántico en YoutubeArteixoAtlántico en Google ProfilesArteixoAtlántico en Picasa
i n f o

(C) 2014 Ville d'Arteixo |www.arteixo.org